archives

Contexte historique

Vous êtes ici : Série X et 83 J / Introduction / Les sources aux Archives départementales du Tarn / Classement / Présentation du classement actuel / 5 X Assurances sociales / Contexte historique

Caisse départementales des assurances sociales du Tarn, état des remboursements en 1936, 5 X 6

La loi du 30 avril 1930 prévoyait que les prestations des assurances sociales seraient assurées par un système de caisses, chaque bénéficiaire pouvant librement choisir l’organisme de son choix, sur le modèle désormais éprouvé de la loi de 1910. Ces caisses pouvaient émaner du patronat, de syndicats ouvriers, de groupements mutualistes, familiaux, chrétiens… Une caisse « départementale », prévue pour recueillir l’adhésion des assurés sans préférence devait également être mise sur pied dans chaque préfecture. Jusqu’à l’instauration de la Sécurité sociale par les ordonnances d’octobre 1945, ces dernières reçurent en fait la majorité des adhésions. Le Tarn ne fit pas exception dans ce domaine bien que la Caisse, dont le siège fut fixé initialement dans le même immeuble que la bourse du Travail à Albi, dut compter avec la concurrence de cinq autres institutions, dont notamment celle de Mazamet, bien implantée dans le sud du Tarn, industriel et ouvrier.

Le chercheur qui souhaitera étudier l’histoire des assurances sociales dans le Tarn devra compléter ses recherches dans la sous-série 5 X par une visite à la Caisse primaire d’assurance maladie du Tarn, dont le siège se trouve à Albi et qui conserve nombre de documents issus des anciennes caisses, dont elle est l’héritière directe.

Les premières caisses de compensation destinées à servir des allocations familiales pour le compte des employeurs adhérents à leurs salariés chargés de famille sont apparues pour leur part au début des années 1920. Leur nombre, ainsi que celui de leurs adhérents, s’accrut lentement, à la faveur notamment des lois de 1932 rendant obligatoire l’adhésion de tous les employeurs, puis de 1938 et de 1939 qui revalorisèrent fortement le montant des prestations familiales à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Peu de caisses, malheureusement, ont laissé une trace de leurs activités dans la sous-série 5 X, l’essentiel des fonds étant constitué de pièces administratives : citons cependant la caisse de compensation de la chambre de commerce de Mazamet et celle de la région castraise. On trouve aussi quelques documents émanant du Service particulier établi pour les mines d’Albi et de Carmaux. Le chercheur curieux de l’histoire des allocations familiales dans le Tarn aura également intérêt à rendre visite à la Caisse d’Allocations familiales du Tarn dont le siège est situé à Albi.

 Mentions légales Plan du site